Le Cambodge, de Battambang au Ratanaquiri

Le Cambodge se relève difficilement du désastre des khmers rouges.

Le Cambodge reste marqué par la folie meurtrière qui a provoqué le génocide perpétré par les khmers rouges de sinistre mémoire à partir d’avril 1975.
Les vietnamiens qui les ont chassés en 1978 ne quitteront le pays qu’en 1989.

ngtaine d’années, c’est peu pour se relever d’un tel traumatisme. En 2008, nous avons vu une population qui se reprend  lentement, des contradictions inextricables, des gens accueillants et souriants.

Après l’éblouissement d’Angkor – qui constitue un monde à part – nous avons traversé le Tonlé Sap pour aller à Battambang d’où nous avons rejoint Phnom Penh en car.
De là nous sommes partis en voiture vers le Nord  et le Ratanakiri: Kompong-Cham, Kratie et Banlung.

DE BATTAMBANG À PHNOM PENH

 

En février, c’est la saison sèche. Le niveau des eaux est au plus bas. La traversée du Tonlé Sap qui devait durer 4 heures dure en fait 7 h1/2 avec un bateau surchargé qui racle le fond et dont l’hélice s’empêtre dans les hautes herbes.

On a tout le temps d’observer la vie sur l’eau : les petits commerces flottants et les écoliers qui vont à l’école en barque.

LE NORD JUSQU’AU RATANAKIRI

[BMo_scrollGallery id=44 sG_thumbPosition=none sG_images=1 duration=slow gallery_width=800 gallery_height=600 thumbs_width=100 thumbs_height=100 sG_caption=1 sG_start=1 sG_loop=1 sG_loopThumbs=1 sG_clickable=1 sG_opacity=75 sG_area=200 sG_scrollSpeed=2 sG_autoScroll=0 sG_aS_stopOnOver=1 sG_diashowDelay=0 sG_followImages=1 sG_responsive=1 ]

La route jusqu’au RatanaquiriLe Nord Est du Cambodge est un univers à part.La province est montagneuse et peu peuplée.
La route entre Kompong-Cham et Banlung est enveloppée d’une atmosphère étrange.
C’est la saison sèche et l’odeur de poussière rouge qui pénètre les narines se mêle à celle de la fumée de l’incendie. En effet, sur des kilomètres la forêt brûle ! Ce n’est pas un grand feu mais sur des hectares des braises consument les magnifiques bois de teck et de palissandre. Dans des trafics que nous n’avons pas bien compris, il semble que cette immense forêt domaniale ait été mise à l’encan. Bien que théoriquement protégée, de vastes parcelles sont défrichées de la façon la plus sauvage pour permettre la plantation d’anacardiers,de cocotiers ou d’hévéa.

On passe à Kratie, petite bourgade endormie le long du Mekong, puis 250kms éprouvants. Le premier tronçon vient d’être refait par les chinois : c’est du billard. Puis 3 heures de piste poussiéreuse et cahoteuse.
Le Lodge Les Terres Rouges, ancienne maison de gouverneur très bien restaurée offre un confort appréciable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *